Vous êtes ici : Accueil > VIE SCIENTIFIQUE > Conférences > 2016-03-26. Discussion publique (...)
  • 2016-03-26. Discussion publique avec Matthieu SALADIN et Maurizio (...)

    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • LA PROMESSE DE LA DETTE

    Emprise de l’économie sur les processus de subjectivation

     

     La dette n’est qu’une promesse (2016) | installation | trois presses à gaufrer (allemand, français, grec), billets de banque courtesy Salle Principale ©2016

     *

    Discussion publique autour de l’exposition personnelle de Matthieu Saladin, « La promesse de la dette ».

    *

    Avec Matthieu SALADIN, artiste, et

    Maurizio LAZZARATO, philosophe et sociologue indépendant, professeur invité sur la Chaire internationale du département de philosophie de l’Université Paris 8 « Problématisations du réel historique et de la pensée sociale »

    *

    Samedi 26 mars 2016

    15h – Salle Principale

    28 rue de Thionville 75019 Paris

    gallery@salleprincipale.com

    *

    Transports : M5 - Ourcq | Bus 60 - Canal de l’Ourcq

    Vélib’ - 24, rue de Thionvile | Autolib - 1, Rue de la Meurthe

    *

    L’exposition regroupe un nouvel ensemble d’œuvres articulées les unes aux autres mais néanmoins autonomes. Issues d’une réflexion sur la problématique de la dette, ces œuvres, pour la plupart inédites, s’inscrivent dans un contexte économique mondial significatif : l’après-crise des subprimes aux Etats-Unis et la menace en Europe du défaut de paiement des dettes souveraines. Sans s’attarder sur ces situations conjoncturelles, l’artiste préfère sonder les soubassements philosophiques de la dette, contrat moral qui conditionne nos rapports sociaux depuis la nuit des temps. Empruntant à Nietzsche et ses considérations sur la promesse(F. Nietzsche, Généalogie de la Morale (Deuxième dissertation) lui-même repris par Maurizio Lazzarato dans son analyse du néolibéralisme comme “fabrique de l’homme endetté”(Lazzarato, Maurizio : La Fabrique de l’homme endetté. Essai sur la condition néolibérale, Editions Amsterdam, 2011), l’artiste insiste sur cette forme déséquilibrée de relation sociale, outil de pouvoir d’un créditeur sur un débiteur, qui agit sur la subjectivité de ce dernier en lui imposant une moralité, en colonisant sa mémoire et en hypothéquant son avenir.

    *

    Matthieu Saladin est artiste et musicien. Sa pratique s’inscrit dans une approche conceptuelle de l’art, réfléchissant, à travers un usage récurrent du son, sur la production des espaces, l’histoire des formes et des processus de création, ainsi que sur les rapports entre art et société du point de vue économique et politique. Elle prend aussi bien la forme d’installations sonores et de performances que de publications (livres, disques), de vidéos et de créations de logiciels. Matthieu Saladin est maître de conférences en arts plastiques à l’université Paris 8. Il est également directeur de rédaction de la revue TACET et participe aux revues Volume ! et Revue & Corrigée.

     L’efeuillage des effacements (2016) | pile de 151 affiches, 61 x 85cm, papier couché mat 180g, impression jet d’encre noir mat graphisme : Vier5
    courtesy Salle Principale ©2016