• Confiance et croyance 16.12.2016

    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  

     

    CONFIANCE ET CROYANCE

    Journée d’études

    Vendredi 16 décembre 2016, Université Paris 8, Amphi B 106

     

    Matinée : Confiance, croyance et crédit, l’économie monétaire et sa critique

     

    9.30 : Frédéric Rambeau, Introduction

    10.20 : Marie Cuillerai, Faut-il se méfier du sujet néo-libéral ?

    11.20 : André Orléan, Réflexions sur deux "miracles" monétaires. Franc Poincaré (1926) et Rentenmark (1923).

    12.10 : Maurizio Lazzarato, La monnaie et l’exploitation de la confiance.

     

    Après-Midi : La foi, la religion et les luttes d’émancipation.

     

    14.30 : Yala Kisukidi, Théologies mineures

    15.20 : Anders Fjled, Croyances et subjectivations dans le mouvemenrt noir en Montgomery, 1955-1956.

    16.20 : Entretien avec Jacques Rancière

     

    Le thème de la croyance et celui de la confiance reviennent aujourd’hui comme des leitmotivs. Tandis que le discours de la confiance semble être devenu celui des marchés, notamment financiers, le discours de la croyance est spontanément identifié à la (ré)affirmation croissante des identités collectives de type religieux. Cette journée d’étude propose, différemment, d’interroger les relations entre confiance et croyance à partir d’une double conviction : la croyance comme la confiance sont des concepts qui se divisent, et le principe de ces divisions ne réside pas dans l’objectivation de leurs formes positives, mais dans les modes de subjectivation qui y sont engagés.

    Nous n’aurions nul besoin de croire si nous ne souhaitions résoudre l’écart entre l’évaluation subjective et la norme du monde. Mais la résolution de cet écart passe-t-elle forcément par la promesse du salut et d’une éternité potentielle du sujet ? Nous n’aurions nul besoin de confiance si nous n’avions pas constamment, dans nos rapports à soi et aux autres, à parier sur l’imprévisible. Mais la confiance implique-t-elle pour autant que les possibles, même improbables, soient toujours prédictibles ? Une confiance invérifiable dans l’imprévisibilité même du futur, et une croyance immanente, en soi-même, au monde, aux devenirs, ne sont-elles pas des dispositions subjectives, pré-politiques ou éthiques, sans lesquelles jamais l’émancipation ne commence ni ne recommence ? N’indiquent-elles pas une fidélité des existences irréductible non seulement à l’autorité des institutions mais aussi à toute foi sociale ? Tels sont les enjeux que cette journée d’étude invite à discuter.

     

    Université Paris 8, Amphi B106 (bâtiment B), 2 rue de la Liberté, 93 526 Saint-Denis Cedex. Métro Ligne 13 Saint-Denis Université.

    Laboratoire sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP)

    Journée d’étude organisée par Frédéric Rambeau (frederic.rambeau@univ-paris8.fr)

    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page