Présentation de l’axe 3

GROUPE EUROPÉEN DE RECHERCHES PHILOSOPHIQUES TRANSDISCIPLINAIRES

 

Texte de fondation, 2011

Se proposant d’instruire et de construire le motif général du Contemporain comme point de convergence théorique entre les recherches qu’elle impulse, cette équipe européenne coordonnée par Eric Alliez en liaison avec le Centre for Research in Modern European Philosophy (CRMEP-Kingston University) met l’accent sur une triple visée.

1. Elle accorde d’une part une importance cruciale à la question de l’art contemporain, qu’elle conçoit dans une distance critique à la discipline régionale de l’esthétique pour en problématiser les reconfigurations (ou les déconstructions) les plus actuelles et marquer le rapport aux œuvres dans tous les dispositifs et media qu’elles mobilisent comme un lieu d’épreuve de la pensée philosophique en son rapport le plus expérimental au présent. Ce qui ne se laisse concevoir qu’à mettre au performatif-présent (d’un art en confrontation permanente avec le « non-art » et mis sous « condition postconceptuelle ») le fait que la philosophie est une pratique selon laquelle « toute matière étrangère est bonne », et même pour qui « toute bonne matière doit être étrangère » (G. Canguilhem). D’où la visée d’actualité intégrale d’une philosophie en déplacement contemporaine des arts, de tous les arts de nouer le sensible et le pensable. S’en déduit aussi toute l’importance du cinéma, des pensées et des pratiques qui se sont attachées à en renouveler l’approche, et l’accent mis sur la question du « récit », de la « narration », de la « fabulation ».

2. Elle prend acte d’autre part des déplacements par lesquels la philosophie en est venue, moins à se définir par subordination ou articulation à ses propres moments, qu’à se mettre et se remettre en jeu selon des procédures de transversalité. N’étant jamais données mais toujours à construire, celles-ci promeuvent une relation critique aux modes contemporains d’organisation du visible et du dicible, et aux distributions de pouvoir dans les disciplines qui leur sont liées. Associé au programme de recherches "Transdisciplinarity and the Humanities : Problems, Methods, Histories, Concepts" développé par le CRMEP (AHRC 914469, 2010-2015, sous la direction de Peter Osborne), l’équipe interne poursuivra l’enquête dans le sens d’un travail moins généalogique que prospectif de problématisation philosophique autant que politique de cette question de la transdisciplinarité. Non sans faire droit à l’incidence de cette dernière, distinguée de toute espèce d’interdisciplinarité, sur l’identité/altérité philosophique, sur ses « genres » et son caractère « genré » (études de genres), comme eu égard aux géopolitiques qu’elle mobilise (études postcoloniales).

3. Enfin, pour situer autrement les rapports de la vie et de la pensée dans le travail conceptuel comme dans les configurations artistiques et les problématisations politiques, l’équipe se propose de réinvestir la question des relations entre philosophie contemporaine et psychanalyse en faisant fonds sur les implications mutuelles de la critique et de la clinique dans la « construction de l’inconscient » et toutes les problématiques de la « subjectivation » qu’il engage. Deux lignes de recherche s’ensuivent. Tout en s’inscrivant dans le champ des tensions ouvertes par la problématique (post-)structuraliste, la première (coordonnée par Howard Caygill au sein du CRMEP) s’associera à un ensemble d’investigations plus historiques s’attachant à explorer les relations entre philosophie et psychiatrie dans la longue durée du XXe siècle. Centré sur la question de la psyché plutôt que sur le « sujet », le travail se propose d’appréhender le rôle joué par la philosophie dans différents moments de redéfinition critique de la psychiatrie et de la psychanalyse — jusqu’à la schizoanalyse et à l’impact des neurosciences sur la psychiatrie la plus contemporaine. La seconde ligne de recherche (coordonnée par Frédéric Rambeau) prend pour objet la question des théorisations de la subjectivation politique qu’elle s’attachera à problématiser (depuis Lacan, et la critique-clinique guatarienne) au regard des paradoxes, des apories et des urgences du présent.

 

Membres de l’équipe (2017) :

  • Eric Alliez,
  • Antonia Birnbaum,
  • Fabienne Brugère,
  • Michèle Cohen-Halimi,
  • Frédéric Rambeau,
  • Matthieu Renault,
  • Patrick Vauday (professeur émérite)
  • + titulaire de la chaire tournante Paris 8 – CRMEP/Kingston (Howard Caygill, Peter Hallward, Peter Osborne, Stella Sandford)

Membres associés de l’UFR Arts :

  • Jean-Philippe Antoine,
  • Christa Blumlinger,
  • Catherine Perret