Ninon GRANGÉ - Séminaire de l’AEGES « La guerre, le temps et l’espace. Systèmes de pensée et expériences » 2017-2018

Section

« La guerre, le temps et l’espace. Systèmes de pensée et expériences »

de l’AEGES

 

 

Qu’est-ce que la guerre ? Comment penser la guerre à partir des multiples expériences humaines qui traversent le temps et l’espace ?

Clausewitz explique dans sa préface à De la Guerre :

« À première vue, on ne trouvera dans cet exposé aucun système, et au lieu d’une méthode d’enseignement définitive, on n’y découvrira que des matériaux rassemblés. Son côté scientifique réside dans la volonté de scruter l’essence des phénomènes de guerre, de montrer leur lien avec la nature de la chose. L’auteur ne s’est jamais dérobé aux conclusions philosophiques ; mais lorsqu’il a vu le fil s’amincir exagérément, il a préféré le rompre et le rattacher aux phénomènes qui correspondent à l’expérience. »

L’objectif de recherche de cette section est de dessiner une conceptualité de la guerre au-delà des évolutions historiques du fait guerrier ou belliqueux. Il s’agit de saisir les systèmes de pensée (au travers de leur histoire) sans exclure les expériences (qui se déclinent au pluriel dans l’espace) ; il s’agit d’étudier les manières de penser la guerre (notamment selon différentes disciplines) et de dégager le sens qu’elle peut prendre dans cette production de connaissance. À l’opposé du confort que procure l’opposition entre l’« expérience » et « le concept de guerre lui-même comme point de repère extérieur », on cherchera à évaluer l’importance épistémologique de la guerre pour la pensée en même temps que l’on étudiera les conditions mêmes de l’intégration du concept de guerre dans toute pensée possible. La réticence de la philosophie politique à penser la guerre sera un point de départ critique.

Ainsi l’articulation de cette recherche est fondamentalement pluridisciplinaire. Elle s’inscrit dans le champ de la pensée (selon un axe généalogique) et interroge le paradigme de la guerre dans le champ de la philosophie, entre autres disciplines. Il faudra revenir ainsi autant à une anthropologie philosophique qu’à une pensée politique au sens large, points de départ pour une analyse qui « remonte » vers un noyau conceptuel qu’il convient de confronter, dans une analyse qui « descend », aux expériences.

De façon transverse à ce balayage « montant » et « descendant », il s’agit également de s’interroger sur les représentations de la guerre (les fictions en littérature, peinture, cinéma, etc.), représentations brouillant la distinction entre système de pensée et expérience, entre concept et image, entre particulier et universel. Les perceptions de la guerre seront envisagées comme élément de compréhension.

Les travaux de cette section feront l’objet de séminaires annuels avec conférences et journées d’étude autour d’un programme défini par les membres de l’AEGES qui souhaiteront s’y investir.

Le premier séminaire s’intéressera au thème : « » et proposera des séances de travaux en paléoanthropologie, en anthropologie, sur la théorie de René Girard, ainsi que sur l’état de nature en philosophie. Une incursion dans la représentation d’une barbarie de la guerre en arts complètera la réflexion.

Toutes les informations sont disponible en cliquant ici.

Organisation :

Ninon Grangé

 

***

 

Vendredi 8 février 2019

École Militaire 1 place Joffre 75017 Paris / IRSEM

17h-19h30

entrée libre avec une pièce d’identité

 

 

Rainer Maria KIESOW (EHESS-CNRS)

La dogmatique du (non) savoir : un voyage dans le temps vers la responsabilité individuelle et collective dans la commission des crimes nazis

 

http://www.aeges.fr/groupes-travail/gt-la-guerre-le-temps-et-lespace-systemes-de-pensee-et-experiences/