Vous êtes ici : Accueil > PROJET SCIENTIFIQUE > Actions spécifiques et programmes (...) > Programme PREFALC 2018-2020 Réécritures
  • Programme PREFALC 2018-2020 Réécritures des modernités et des émancipations (...)

    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  RÉÉCRITURES DES MODERNITÉS ET DES ÉMANCIPATIONS

    DANS LA GRANDE CARAÏBE

     

     

    Coordonné par Yala Kisukidi (MCF Paris 8), le programme PREFALC Réécritures des modernités et des émancipations dans la Grande Caraïbe associe des enseignants-chercheurs de Paris 8 en philosophie, littérature, études de genre, sciences de l’éducation, histoire, cinéma, danse, sociologie avec des chercheurs et enseignants-chercheurs de :

    • Colombie : Masters LIttératures caribéennes, Études de genre, Histoire de l’Université Del Atlantico - Baranquilla ; Master Philosophie de l’Université Del Norte - Baranquilla, Masters Éducation, Sciences de l’environnement, Sciences physiques du réseau universitaire Sue Caribe
    • Haïti : Masters Philosophie, Littérature, Sciences de l’Éducation, Histoire, Histoire mémoire patrimoine de l’E.N.S. d’Haïti ; Master Anthropologie sociale de la Faculté d’ethnologie de l’Université d’État d’Haïti
    • République Dominicaine : Formations de Masters transdisciplinaires à l’Université Autuonome de Santo Domingo opérées par l’Institut Global des Hautes Études en Sciences Sociales ; Masters Sciences politiques, Relations internationales, Sciences juridiques de l’Institut Global des Hautes Études en Sciences Sociales

     


    La création de synergies institutionnelles et scientifiques entre Haïti, la République Dominicaine, la Colombie et la France découle d’une riche histoire partagée qui est désormais l’objet de nombreuses recherches en études postcoloniales et en théorie de la culture. Confrontées aux réalités socio-politiques des conquêtes impériales, de la déportation des populations africaines dans l’esclavage, ou encore aux répercussions directes de la révolution française (à Haïti, par exemple), les questions de libération, de dignité, des droits humains ont été réélaborées à l’intérieur d’espaces de circulations culturels, fondamentalement hybrides et hétérogènes. Penser les réécritures de la modernité dans la Grande Caraïbe, c’est saisir les dynamiques politiques, esthétiques et
    intellectuelles qui ont façonné les cultures transnationales de la Caraïbe. Il s’agit d’impulser une réflexion interdisciplinaire aux enjeux éthiques et sociaux manifestes qui interroge la constitution contemporaine des identités et de la nationalité en Colombie, à St Domingue et à Haïti. La construction d’une offre de formation et de recherche d’excellence en sciences humaines répond ainsi aux défis sociaux, politiques et culturels que s’est lancée cette région du monde pour les années à venir.

     

     

    PROJET SCIENTIFIQUE

     

    Les traductions, transformations et circulations de l’idée de modernité dans les espaces Atlantique et Caraïbe (Carlos Agudelo, Capucine Boidin, Livio Sansone (coord.), Autour de l’« Atlantique noir ». Une polyphonie de perspectives, Paris, Éditions de l’IHEAL, 2009) sont actuellement au coeur de nombreux travaux scientifiques dans le monde artistique et dans les sciences humaines. Dans le sillage des études postcoloniales et du renouveau des théories culturelles, l’idée de modernité européenne, rattachée aux Lumières et à une certaine conception de l’émancipation, a fait l’objet de reprises critiques dans le monde transnational et transculturel de la Grande Caraïbe. Confrontées aux réalités socio-politiques des conquêtes impériales, de la déportation des populations africaines dans l’esclavage, ou encore aux répercussions directes de la révolution française (à Haïti, par exemple), les questions de libération, de dignité, des droits humains ont été réélaborées à l’intérieur d’espaces de circulations culturels, fondamentalement hybrides et hétérogènes. Penser les réécritures de la modernité dans la Grande Caraïbe, c’est saisir les dynamiques politiques, esthétiques et intellectuelles qui ont façonné les cultures transnationales de la Caraïbe. En privilégiant les paradigmes du mouvement, du déplacement, il s’agit d’impulser une réflexion interdisciplinaire aux enjeux éthiques et sociaux manifestes. Elle permet d’interroger la constitution contemporaine des identités et de la nationalité en Colombie, à St Domingue et à Haïti. Elle montre également quels ont été et quels sont, aujourd’hui, les usages politiques de ces dynamiques identitaires dans l’élaboration d’un récit national ou, plus largement, de formations politiques collectives.

     

    Les travaux de Stuart Hall et Paul Gilroy à la fin du XXe siècle ont construit de nouveaux paradigmes dans le champ de la théorie culturelle, mobilisant le concept de diaspora. L’idée d’Atlantique noir chez Gilroy, par exemple, ne consiste pas uniquement à produire une nouvelle cartographie intellectuelle et culturelle ; elle tente de formuler une autre théorie de la modernité, une « contre-culture de la modernité », élaborée à partir du point de vue des populations noires mises en esclavage. Si ce paradigme atlantique fait aujourd’hui l’objet de nombreuses reprises et relocalisations en sciences humaines et sociales, il s’agit ici de s’en éloigner pour privilégier un autre modèle d’analyse, à savoir : penser dans un espace caraïbe multilingue (créole, francophone, hispanophone etc.) qui relie le monde insulaire (Haïti/ République dominicaine) au continent (le nord de la Colombie). La constitution de cet espace repose sur les histoires croisées et parfois partagées des trois pays. Mais elle répond aussi à une exigence d’innovation théorique et pédagogique, visant à promouvoir des cadres de rencontres transculturelles et de coopération universitaire inédits.

     

    Les expériences modernes et contemporaines de ces trois pays sont marquées différemment par l’histoire et la mémoire des colonisations et des processus de libération nationale, la prégnance des questions raciales (colorisme, racisme, question indigène etc.) et de genre, l’expérience de la dictature et/ou encore, les difficultés posées par les processus de transition démocratique au XXe siècle. Au coeur de ces expériences parfois traumatiques, situées à des époques différentes, les paramètres à partir desquels les concepts de libération et d’autonomie ont été conçus dans le monde européen moderne ont été reconfigurés. La figure du sujet libre héritée de la modernité européenne est mise à l’épreuve : l’autonomie du sujet n’est plus nécessairement comprise sous les modes de l’autoréférentialité, de l’individualité et du sécularisme.

     

    Sur le plan scientifique, les cadres de formation interdisciplinaires proposés prennent trois formes :

    • sur le plan de l’histoire des idées : il s’agit d’analyser les voyages et les héritages des Lumières françaises, dans cet espace. Les Lumières françaises constituent un point structurant pour comprendre comment ont été repris, redéployés de nouvelles théories détraquant une compréhension moderne de l’émancipation.
    • sur le plan analytique : il s’agit de comprendre quelles sont les formulations contemporaines des théories de l’émancipation dans l’espace de la grande Caraïbe. Quelles places sont faites au renouveau des studies (gender studies, critical race theory, postcolonial studies, …) pour penser les conflictualités sociales et les pratiques de transformation politique ?sur le plan méthodologique : il s’agit de construire des réflexions d’épistémologie de la recherche centrées sur deux types de questionnements. Comment circonscrire un terrain en sciences humaines, pour construire des objets et opérer des comparaisons entre des historiographies intellectuelles liées à des géographies différentes ? Quels outils méthodologiques faut-il mobiliser pour développer une pratique interdisciplinaire rigoureuse en sciences humaines ?
    • sur le plan méthodologique : il s’agit de construire des réflexions d’épistémologie de la recherche centrées sur deux types de questionnements. Comment circonscrire un terrain en sciences humaines, pour construire des objets et opérer des comparaisons entre des historiographies intellectuelles liées à des géographies différentes ? Quels outils méthodologiques faut-il mobiliser pour développer une pratique interdisciplinaire rigoureuse en sciences humaines ?

    Dans un contexte contemporain où de nombreux pays d’Amérique Latine sont confrontés à l’intensification des questions raciales et identitaires et font face à des mobilisations populaires centrées sur des demandes sociales et économiques d’égalité, ce programme offre des éléments tangibles pour soutenir une réflexion sur l’émancipation porteuse d’effets sociaux et institutionnels. Il s’agit ainsi de proposer dans ces enseignements des méthodes, des grilles d’analyses interdisciplinaires, en vue de construire une autre cartographie de l’élaboration des savoirs proposant de nouveaux paradigmes d’analyses des processus d’émancipation sociale, culturelle et politique en Amérique Latine.

     

    En résumé, le programme consiste à introduire à la fois dans le cadre d’enseignements interdisciplinaires didactiques, d’échanges de pratiques pédagogiques et scientifiques, de nouvelles grilles d’analyse et de recherche pour penser la manière dont une contre-histoire de la modernité s’est développée dans l’espace de la Grande Caraïbe. Pour construire un réseau d’échanges durable, il s’agit également de mettre en place des co-directions de mémoire de masters, de façon à poser des jalons en vue des futures thèses de doctorat en cotutelle ou en co-direction, et de permettre la création d’un Master de philosophie dans le réseau Sue Caribe et à l’université du Roi Christophe/Haïti. En plus des missions d’enseignement entre universités partenaires une rencontre scientifique en 2018-2019 est prévue de porter sur les thématiques de recherche auxquelles s’adossent les missions d’enseignement en conformité avec les orientations scientifiques des masters concernés.

     

     

    ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES ET SÉMINAIRES

     

     

    Mission d’enseignement et de recherche au sein du département de philosophie de l’Université de l’Atlantique de Baranquilla (Colombie) effectuée par Stéphane Douailler, professeur émérite de philosophie de l’Université Paris 8 :

    • Conférence plénière "La transformation hétérotopique des institutions et le paradigme décolonial de la traduction. À propos de J. Derrida, Du droit à la philosophie", 22.11. 2018.
    • Séminaire "Porter à la traduction le multiple des mondes possibles" (J.-T. Desanti et l’hypothèse d’une pluralisation de la mathesis  ; J.W. Goethe, l’idée de Weltliteratur et le Divan occidental-oriental  ; B. Cassin et le Vocabulaire européen des philosophies)", 23-24.11.2018.

     

     

    Mission d’enseignement et de recherche au sein du département de philosophie de l’Université de l’Atlantique de Baranquilla (Colombie) effectuée par Jean-Pierre Marcos, maître de conférences en philosophie de l’Université Paris 8 :

    • Conférence plénière "Polémiques françaises de la psychanalyse", 26.02.2019
    • Séminaire : "Polémiques françaises de la psychanalyse : Deleuze, Derrida, Foucault, Freud, Lacan", 27-2.03.2019

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page