Vous êtes ici : Accueil > VIE SCIENTIFIQUE > Colloques > Année 2017-2018 > Colloque international La philosophie
  • Colloque international La philosophie interrompue : venir après la Reforma (...)

    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Peinture de Maurice Matieu : Les soldats

     

     

    COLLOQUE INTERNATIONAL DE PHILOSOPHIE

    Dans le cadre de la Semaine de l’Amérique Latine et des Caraïbes.Paris, du 30 mai au 1er juin 2018.

     


    Organisé par le Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie de l’Université Paris 8 (LLCP), le Laboratoire du changement social et politique de l’Université Paris 7 (LCSP) , l’Institut des Hautes Etudes Latinoaméricaines de l’Université Paris 3 (IHEAL), le Centre de recherche sur l’action locale (CERAL) de l’Université Paris 13, le séminaire Dialogues philosophiques de la Maison de l’Amérique Latine à Paris, la Red Internacional Pensamiento Crítico (RIPC), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris (FMSH), avec le soutien de l’Institut des Amériques.

     

     

    Lieux des séances :

    • le 30 mai à l’ Université Paris 7 : 5, rue Thomas Mann (75013)
    • le 31 mai à l’ Université Paris 3 [IHEAL], Amphithéâtre, 1er étage : 28, rue Saint-Guillaume (75007)
    • le 1er juin à la Maison de l’Amérique Latine : 217, Bd. Saint-Germain (75007)

     

     

    ARGUMENT : L’année 2018, d’une rive à l’autre de l’Atlantique, commémore deux évènements majeurs du siècle passé, qui introduisent une rupture significative entre un avant et un après. Ils ne sont pas des insurrections éphémères, mais des reconfigurations durables des institutions et des traditions de pensée. D’un côté la Reforma Universitaria de 1918 de Córdoba signe le bouleversement radical du système matériel des idées de recherche et de transmission des savoirs
    dans toute l’Amérique du Sud. L’une des énigmes de cette interruption serait dans l’évaluation du rapport qu’elle est supposée entretenir avec l’héritage de l’émancipation mentale comme processus de libération intellectuelle de la domination coloniale (Arturo Andrés Roig), avec les idéaux portés par le Manifeste adressé par la jeunesse argentine aux hommes libres d’Amérique du 21 juin 1918, et avec la promesse d’une université de l’avenir susceptible de « rendre les hommes plus dignes en augmentant leur capacité civile et la société plus juste en multipliant les liens de la société humaine, dans un monde rentré dans une ère de renouvellement plus importante que le Christianisme, la
    Renaissance et la Révolution française » (José Ingenieros). D’un autre côté, le paradoxe de la révolte de mai 68 tiendrait à ce que, bien loin d’être réductible à l’insurrection d’une jeunesse désireuse d’en finir avec un vieux monde qui l’empêchait de jouir des biens de consommation offerts par le capitalisme, elle fut un moment d’espérance révolutionnaire avec des mots d’ordre anticapitalistes et antiétatiques. Mais l’essentiel n’est pas d’interpréter les évènements d’hier, mais de venir après. Comment les raisons de penser l’interruption et ses promesses ont-ils pu devenir les raisons pour lesquelles il faudrait ne plus y croire, dans l’ordre du politique comme dans celui de la
    philosophie ? Qu’est-ce qui devient possible de ce qui était jusqu’ici impensable, et qui se donne de nouveau le nom de philosophie tandis que la fin des choses politiques comme la philosophie était annoncée ? Venir après, cela définit une espèce de rationalité qui est en rupture avec la raison stratégique, c’est se placer dans une logique où il n’y a ni commencement, ni fin, mais où il y a quelque chose qui continue (Jacques Rancière).

     

    PROGRAMME

     

    MERCREDI 30 mai - Université Paris 7 : Hommage à Étienne TASSIN

    9h Ouverture :
    Patrice VERMEREN (LCCP/ Université Paris 8)
    Patrick CINGOLANI (LCSP/ Université Paris 7)
    Anne KUPIEC (LCSP/ Université Paris 7)

     

    9h30-11h Qu’est-ce qu’une interruption philosophique ?

    • Anne KUPIEC (LCSP/Université Paris 7), « Etienne Tassin, une conception particulière de la philosophie interrompue »
    • Giuseppe SANTANGELO (LCSP /Université Paris 7 – UAB), « Venir après Adorno. La théorie comme figure de la pratique révolutionnaire »
    • Stéphane DOUAILLER (LLCP/ Université Paris 8), « Quelques raisons d’interrompre, de réorienter, de dériver, et quelques exemples »

    Présidentes de séance : Louise FERTÉ (ESPE LNF, Recifes) et Fabienne BRUGÈRE (LLCP/Université Paris 8)

     

    11h30-13h Hospitalité et politique

    • Guillaume LE BLANC (Université Paris 12), « Etranger à la nation : biopolitique ou cosmopolitique de l’hospitalité ? »
    • Laura LLEVADOT (Universitat de Barcelona), « Sentir l’intolérable : l’invention comme résistance »
    • Laurence CORNU (Université de Tours), « Etienne Tassin : l’hospitalité comme principe cosmopolitique »

    Présidents de séance : Nicole MATHIEU (CNRS) et Yves DUROUX (CNRS)

     

     

    14h30-16h L’étincellement du dehors : après Bataille, après Blanchot

    • Marie CUILLERAI (LSCP/ Université Paris 7), « Sacré collège de sociologie. Bataille 1938, Klossowski 1963 »
    • Barbara ZAULI (LLCP/ Université Paris 8), « Georges Bataille, Maurice Blanchot : les battements du coeur comme paradigme de l’interruption »
    • Behrang PURHOSSEINI (LLCP/ Université Paris 8), « Vers un nouvel universel ; en silence, avec Bataille et Blanchot »
    • Anne MAUREL (émerite Lycée Henri IV), « Lire, écrire, penser après Blanchot : ou comment s’exercer à une parole non pontifiante ? »

    Présidents de séance : Bertrand OGILVIE (LLCP/Université Paris 8) et Sameh DELLAÏ (LLCP/Université Paris 8)

     

    16h15-18h Les institutions philosophiques : discipline, critique, libération

    • Lucía BELLORO (IHEAL/ Université Paris 3), « Les congrès nationaux de philosophie en perspective : instituer des pratiques, discipliner un savoir en Argentine »
    • Emmanuel BISET (CIECS /CONICET - Universidad Nacional de Córdoba) « Critique et institution : souveraineté et justice »
    • Luis Gonzalo FERREYRA (LLCP/ Université Paris 8), « Arturo Andres Roig, la philosophie de la Libération et l’internationale latino-américaine de la pensée »

    Présidents de séance : Ricardo ESPINOZA LOLAS (PUC Valparaíso) et Xabier INSAUSTI (Universidad de San Sebastián)

     

     

    JEUDI 31 mai - Université Paris 3 (IHEAL)

    9h00 Ouverture
    Olivier COMPAGNON (Université Paris 3 / IHEAL)

     

    9h30-11h Réformes Universitaires

    • Pilar GONZÁLEZ (Université Paris 7) , « Marcher sur une révolution : portée et limites de la réforme universitaire en Argentine, 1904-1920 »
    • Nathalie PERIN (LLCP/ Université Paris 8), « Fins éducatives et fins sociales dans la France des années 1960-1970. Le cas de la philosophie enseignée »
    • Plinio PRADO (LLCP/ Université Paris 8), « La nef des intellectuels de la favela (Lula, Macron et l’Idée d’Université) »
    • Sabrina MORAN (Universidad de Buenos Aires) et Tomás WIECZOREK (Universidad de Buenos Aires), « La Réforme Universitaire argentine : entre le régime conservateur et la démocratie de masse »

    Présidents de séance : Marcos GARCIA DE LA HUERTA et Martín MACÍAS (LLCP/ Université
    Paris 8)

     

    11h15-12h45 La mémoire : venir après les dictatures

    • Lorena SOUYRIS (ENS), « L’avenir de la mémoire : destruction et temporalité »
    • Jean-René GARCÍA (CERAL EA 3968 Faculté de Droit, Université Paris 13 - USPC) « Les utopies constitutionnelles post-dictatures en Amérique latine »
    • Guadalupe DEZA (LLCP/ Université Paris 8), « Les représentations de la mémoire en Argentine : conflits et défis »
    • Paula KUFFER (CONICET), « La Aufgabe del historiador : la rememoración como lucha política » (communication en espagnol)

    Présidents de séance : Carlos SCHMERKIN (ACAF, Assemblée de Citoyens Argentins en France,
    membre du comité éditorial de Books) et Antonia PINA (Université Paris 8)

     

     

    14h00 -15h30 Revolución universitaria : José Ingenieros

    • Hugo BIAGINI (Academia de Ciencias - Buenos Aires (par visioconférence)), « Utopía y juventud »
    • Rodrigo DIAZ MALDONADO (Université Aix-Marseille), « Notes sur le positivisme de Ingenieros »
    • José-Eduardo WESFREID (CNRS), « Les temps nouveaux »
    • Patrice VERMEREN (LLCP/Université Paris 8), « Mediocrité humaine et idéalisme experimental »

    Présidents de séance : Laura BRONDINO (Université Paris 4) et Edgardo MANERO (CNRS/EHESS)

     

     

    15h45 - 17h30 Décoloniser les savoirs. Épistémologies et regards des luttes : autant de
    gaieté que possible

    • Anne VAGLIO (EHESS) « Aller-voir : du piétinement au grand écart, de l’interaction des milieux au retournement »
    • Matthieu RENAULT (LLCP/Université Paris 8) « W.E.B. Du Bois : double conscience et condition raciale »
    • Francisco VERARDI BOCCA (Pontifícia Universidade Católica do Paraná) : « Un département français d’outre-mer” et la réception philosophique de la psychanalyse brésilienne »
    • Jean Jacques CADET (LLCP/Paris 8, ENS Port-au-Prince) « La pensée marxiste en HAITI : trois pistes d’analyse »
    • Orazio IRRERA (LLCP / Université Paris 8) « L’alèthurgie décoloniale, où de l’interruption des régimes coloniaux de vérité »

    Présidentes de séance : Laura REALI (Université Paris 7) et Yala KISUKIDI (LLCP/ Université
    Paris 8 - CIPH)

     

     

    18h00 Table ronde sur les publications autour de Miguel ABENSOUR : Revue Lignes,
    Revue Prismes (Sens et Tonka) et Désir d’utopie : Politique et émancipation avec Miguel
    Abensour (L’Harmattan)

    • Michelle COHEN-HALIMI (LLCP/ Université Paris 8)
    • Sophie WAHNICH (IIAC/ CNRS)
    • Nicolas POIRIER (Lycée de Cergy/ Sophiapol Université Paris 10)
    • Manuel CERVERA-MARZAL (CESPRA/ EHESS)
    • Géraldine MUHLMANN (Université Paris 2)
    • Nicolás FERRARI

    Présidente de séance : Cristina HURTADO BECA (Universidad Academia de Humanismo Cristiano)

     

     

    VENDREDI 1 juin - Maison de l’Amérique latine

    9h-10h30 Education, Libération, Emancipation 1

    • Alexis CHAUSOVSKY (Universidad Nacional de Entre Ríos), « Romanticismo y liberación : los escritos de Walter Benjamin y Herbert Marcuse sobre el movimiento estudiantil »
    • Francisco GORDILLO (EHESS), « Lefort et les jeunes : Paris 1968- Florence 1516 »
    • Pedro José ORTEGA (Funglode Santo Domingo), « L’utopie de Pedro Henríquez Ureña : Recherche sur la construction de la pensée sociale en Amérique Latine »
    • Jordi RIBA (Universitat Autònoma de Barcelona), « Les effets de l’interruption dans le rapport entre individus et l’institution du social »

    Présidents de séance : Agostina WELER (Universidad de Buenos Aires –LLCP/Université Paris 8) et
    Andrés GOLDBERG (Université Paris 8)

     

    10h45-12h15 Education, Libération, Emancipation 2

    • Lidia Mercedes RODRIGUEZ (Universidad de Buenos Aires), « Reforma de 1918 y perspectiva educativa latinoamericanista »
    • José Sergio FONSECA DE CARVALHO (Universidade de São Paulo), « Le choix curriculaire comme problème philosophique : la question du socle commun au Brésil »
    • Didier MOREAU (LLCP/Université Paris 8), « Le "droit à la métamorphose" et l’émancipation
      éducative »

    Présidents de séance : Didier MOREAU (LLCP/Université Paris 8) et Fernanda MORA (LLCP/Paris 8)
    Pause déjeuner

     

     

    14h-15h45 Scènes du visible

    • Eric LECERF (LLCP/ Université Paris 8), « La rédemption du réel »
    • Gustavo CHATAIGNER (PUC Rio de Janeiro), « Rendre l’invisible visible : des détournements du spectacle »
    • Gustavo CELEDÓN (Universidad de Valparaíso), « Échos et imaginaires latino-américains du mai 68 »
    • Andrea SOTO CALDERÓN (Université de Valparaíso – LLCP/ Université Paris 8), « Représentation et pouvoir dans le cinéma de Tiziana Panizza »
    • Patrick VAUDAY (LLCP/Université Paris 8), « Mai 68 : une autre scène du visible ? »

    Présidents de séance : Patrick VAUDAY (LLCP/Université Paris 8) et Elena DONATO (LLCP/
    Université Paris 8 – Universidad de Buenos Aires)

     

     

     

     

    16h00 Conférence de clôture : Horacio GONZÁLEZ (Universidad de Buenos Aires - Universidad
    Nacional General Sarmiento)

    • Patrice VERMEREN (LLCP/ Université Paris 8) : présentation
    • Horacio GONZÁLEZ : Entretien enregistré par et avec Senda Sferco et Martin Cortès

     

    *****

    17h15 Cérémonie de clôture :
    Monsieur Alain ROUQUIE, Président de la Maison de l’Amérique Latine, Monsieur Michel
    WIEVIORKA, Président de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Madame Laura FAXAS,
    Ambassadeur de la République de Saint-Domingue en Suède, Monsieur Guillermo DIGHIERO,
    Ambassadeur de l’Uruguay en France, Monsieur Dario CELAYA ALVAREZ, Ministre de
    l’Ambassade d’Argentine en France, Monsieur Cristobal ORTIZ, Secrétaire de l’Ambassade du
    Chili en France, Madame le Recteur Michèle GENDREAU-MASSALOUX et de Monsieur le Recteur Denis ROLLAND, avec Anne Kupiec (Université Paris 7), Olivier Compagnon (Université Paris 3), Patrice Vermeren (Université Paris 8), Caroline Rolland-Diamond (IDA) et Carlos Quenan (IDA).

     

    *****

     

    18h Séance du séminaire « Dialogues philosophiques » sur la traduction française de L’oubli de la raison et de La trahison de l’avant-garde de Juan José SEBRELI (éditions Delga) avec Luis DAPELO, Aymeric MONVILLE et Georges NAVET (LLCP/ Université Paris 8)

     

     

    PDF - 2 Mo
    Programme du colloque

    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page