Les rues fantômes d’Hiroshima. Destruction, vestige, reconstruction. 28.03.2018

Les rues fantômes d’Hiroshima
Destruction, vestige, reconstruction

 

 

Dans le cadre de la Semaine des Arts organisée par l’Université de Paris VIII, et parallèlement à l’exposition Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki, organisée par les Archives Nationales sur leur site de Pierrefitte-sur-Seine, l’Université de Paris VIII et les Archives Nationales organisent un colloque pluridisciplinaire, avec l’INALCO et le Centre Joë Bousquet et son Temps de Carcassonne.

28 mars 2018
14h – 20h
Auditorium des Archives Naionales
59 Rue Guynemer, Pierrefitte-sur-Seine

La rue, le machi au Japon, sont des repères essentiels du corps et de son insertion dans les réseaux humains. Leur destruction-abolition ne met pas en question seulement l’effet d’une arme sur les bâtiments humains et sur les choses, mais bien sur l’homme en tant que corps vivant/habitant. Elle se noue aussi de manière très étroite à la question mémorielle (tant du point de vue du souvenir et des archives, que de la stratégie de reconstruction et de la patrimonialisation des vestiges). Les thèmes de l’apocalypse, des ruines et du corps en souffrance, et surtout leur place respective dans les oeuvres, sont des questions clés dans l’art de l’extrême d’Hiroshima et Nagasaki.

 

Programme

12h30 : visite de de l’exposition « Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki »

14h :

  • Mot d’accueil de Mme Françoise Banat-Berger, Directrice des Archives nationales
  • Quelques mots d’introducion par Éric Lecerf, Directeur du Département de Philosophie de Paris VIII
  • Bernard Esmein, Commissaire scientifique de l’exposition Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki : « Image et transmission, le cas d’Hiroshima et Nagasaki »
  • Michael Lucken, Directeur du Centre d’Etudes Japonaises de l’INALCO, « Hiroshima et Nagasaki : mémoire mythique et mémoire historique »

15h : Projecion d’un montage d’extraits de films, images documentaires et cinéma d’animation

15h15 :

  • Max Kohn, Psychanalyste membre d’Espace analytique et de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse, lauréat du Prix Max Cukierman (culture yiddish) en 2006 et membre du jury, ancien Maître de conférences à l’Université Paris 7- Paris Diderot : « L’après-coup d’Hiroshima et Nagasaki : corps et loque »
  • Marie Pruvost-Delaspre, Maître de conférences au Département cinéma de Paris VIII – « Survivre à la catastrophe : figures hibakusha dans le cinéma d’animation japonais »
  • Intervenion de Guillaume Loizillon, Maître de conférences au Département de musique de Paris VIII,pour un moment d’écoute : "Hiroshima 12 Août 2014, parcours sensible ».

16h45 :

  • Sylviane Pagès, Maître de conférences au département de Danse de Paris VIII, « Né sur les cendres de Hiroshima ? Le butô, une danse de l’après-guerre »
  • Maki Watanabe, danseuse butô

17h15 : Table-ronde

  • Soko Phay, Maître de conférences au Département Arts plasiques de Paris VIII, co-dirige avec Pierre Bayard le Centre Internaional de Recherche et d’Enseignement sur les Meurtres de Masse, Pierre Bayard, Professeur au Département de Litérature Française de Paris VIII, co-dirige le Centre Internaional de Recherche et d’Enseignement sur les Meurtres de Masse, René Piniès, Directeur du Centre Joë Bousquet de Carcassonne et co-Commissaire de l’exposition Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki, Jean-Gabriel Périot, réalisateur du film Lumières d’été (2016)

18h15 :

  • Projection de Lumières d’été, film de Jean-Gabriel Périot
  • Débat à la suite de la projection